Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 21:02
Critique Nephilim 4

A l’occasion des 20 ans de Nephilim, The SimStim et Edge nous offrent une édition anniversaire. La considération d’une nouvelle 4ème édition en tant que telle peut porter à confusion car l’éventualité d’une suite n’est pas envisagée (au moins initialement).

Après ce bref rappel du contexte, décortiquons maintenant ce dernier supplément.

  • La forme : splendide.

Le petit monde du JDR a généré bon nombres d’ouvrages magnifiques. Nephilim 20 ans est tout simplement un cran au-dessus. La qualité du papier, les illustrations, la mise en page aérée, la finition du coffret avec rabat aimanté... L’ensemble séduit immédiatement et pousse à la lecture.

Les illustrations sont magnifiques. Les couvertures de Yahashin sont d’une qualité visuelle rare et les illustrations intérieures de Franck Achard et Nicolas Fructus respectent le thème avec style et efficacité.

La mise en page, complétée d’une riche iconographie, est élégante et offre une très bonne lisibilité.

Les anciens qui ont pu découvrir Nephilim : Révélation (3ème édition) à sa sortie seront à nouveau balayés par ce même sentiment de surprise et de béatitude ! Mais on ne se perd pas dans l’arborescence de l’ouvrage comme dans le Manuel du Joueur (3ème édition) et chaque section de l’ouvrage occupe une place lisible et bien déterminée.

Par contre, le choix éditorial de fractionner les règles par élément laisse place à une certaine confusion. A l’usage, la recherche d’un point de règle spécifique oblige à jongler entre les livrets, ce qui ne facilitera pas le travail du MJ.

Ce choix s’explique certainement par la volonté de créer une Fraternité d’Immortels multi-élémentaires : chaque représentant possède son propre livret et accompagne ses frères dans la gestion des règles spécifiques. Cette solution est élégante mais a-t-on déjà vu une table composée de 5 Joueurs possédant 5 éléments différents ? J’en doute.

Mais ne boudons pas notre plaisir car il faut bien reconnaître que les règles ne sont pas (très) compliquées.

  • Le ton : passion d’Initiée

Les textes sont agréables à lire et moins cryptés que dans les anciennes éditions. Le style est travaillé sans être cryptique. Il ne manquera pas d’insuffler l’envie d’améliorer son éloquence et ses connaissances en Histoire profane et Invisible.

Les références culturelles et intrinsèques à Nephilim s’entremêlent. L’ensemble illustre la richesse de l’univers mais peut entraîner une certaine appréhension. Nul doute qu’un non-rôliste ne dépassera pas la lecture de l’ouvrage.

Mais s’initier à cet univers, quelle que soit l’édition, exige une (très) importante implication de la part du MJ…

  • Le contenu : l’essentiel

Cette édition est un condensé des précédentes éditions. L’essentiel est évoqué, à peine défloré et il manque beaucoup d’informations pour appréhender toutes les notions du jeu. Beaucoup de choses sont suggérées mais ne sont pas expliquées. Certains défauts ont été corrigés mais, à mon sens, l’ouvrage n’est pas suffisant pour trouver un nouveau public.

Si la troisième édition inondait le lecteur d’informations, celle-ci en est avare. Les auteurs ont probablement voulu montrer la richesse de l’univers de Nephilim sans en avoir la place.

Nous nous retrouvons l’information essentielle, qu’il faudra compléter grâce aux autres anciens ouvrages de la gamme. Ceci confirme que ce livre n’est pas une édition à part entière.

  • Les règles : nouveau système

Le système a fait couler beaucoup d’encre. Si le principe est simple et élégant, en pratique, le résultat peut surprendre tant il est déséquilibré. L’échelle de difficulté n’est pas linéaire et les chances d’échouer sont très élevées ; un personnage moyen doté des compétences adéquates n’a que 50% de chance de réussir son action ! Il est pourtant à un (tout petit) pas de la réussite automatique !

Concernant les Sciences occultes, cette édition se recentre sur les fondamentaux : Magie, Kabbale et Alchimie. Un important travail a été réalisé pour tenter de les équilibrer. On notera, entre autre, un reclassement des créatures de Kabbale, le retour aux Formules d’Alchimie et pléthore de nouveaux Habitus.

Le principe de Table Analogique, maintenant évolutive, est conservé mais les Domaines de Magie ont été révisés. L’ensemble semble faciliter l’usage de cette Science.

Au final, outre les défauts d’équilibrage, on pourra surtout s’interroger sur le choix d’un nouveau système pour une édition anniversaire. Dans cette optique, reconduire un système existant aurait eu plus de sens, que ce soit en rectifiant les défauts de N3 ou revenir au BPR de N2.

Proposer une nouvelle approche ne pourra que disperser encore davantage une communauté déjà fragile.

  • Les nouveautés : Arcadia

L’idée d’Arcadia (développée dans l’écran) est excellente et offre d’incroyables possibilités. Mais à peine ébauchée et sans matériel complémentaire, il est difficile d’improviser ou créer ses propres scénarios sur ce thème.

Autre nouveauté, exclusivement réservée à l’édition collector est la rétrospective de Nephilim. Les anecdotes sont nombreuses et on se gausse de découvrir les péripéties de notre univers préféré.

  • Curiosité(s) ?

Une (bonne) surprise avec la création de personnages qui s’étale sur une suite d’encarts répartis au fil de la lecture du livre de base. Cela permet de distiller les informations sans créer de redondance.

Les Métamorphes ne sont plus figés et offrent une souplesse bienvenue en permettant leur personnalisation.

Le style : l’élégance moderne n’est-elle pas en contradiction avec l’ambiance feutrée d’une ancienne bibliothèque poussiéreuse et mystérieuse ? On peut se poser la question…

  • Conclusion :

Nephilim édition 20 ans est un très bel objet, mais reste un ouvrage de passionnés pour des passionnés (déjà initiés). Je ne m’explique pas le choix des (nouvelles) règles, en contradiction avec l’esprit d’une édition anniversaire sensée rassembler la communauté. A mon sens, cette décision dessert l’objectif premier de l’ouvrage qui passe ainsi à côté d’une belle réussite.

Au final, Nephilim édition 20 ans est un joli bijou dénué d’utilité.

 

 

Ma Note : 3/5

Partager cet article

Repost 0
Published by leroliste.over-blog.com - dans Nephilim Mes critiques
commenter cet article

commentaires