Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 21:13

par Emmanuel Coissy - A Brooklyn, une classe réunit des yoguistes chevronnés et des rôlistes adeptes de «Donjons et Dragons». L'exercice allie la narration fantastique à des postures originales.

 

Admettons que les fans de jeux de rôles représentent la plus basse forme de vie intellectuelle et que les adeptes du yoga incarnent le plus haut degré de conscience. Que se passerait-il alors si ces deux clans antagonistes s'alliaient pour créer une discipline hybride? Eh bien, la réponse à cette question existentielle se trouve à New York, plus précisément à Brooklyn, où, la semaine dernière, une équipe de la chaîne ABC a découvert Scott Wayne Indiana. Cet artiste de 40 ans dirige une classe de «Dungeons and Dragons Yoga». En français, «Donjons et Dragons» désigne un jeu de rôle, l'un des premiers du genre conçu aux Etats-Unis dans les années 1970. Les joueurs interprètent divers personnages, comme des chevaliers, des enchanteurs ou des archers. L'un d'entre eux est désigné comme «le maître de donjon» et guide l'équipe dans son combat contre les forces du mal.

 

imageweb.jpg

 

Sauf que dans le cours de Scott Wayne Indiana, ledit maître se tient face à des yoguistes et leur narre un scénario. Nourrie par ses paroles, une prof de yoga, Sarah Dahnke, dirige le groupe en montrant des gestes spécifiques qu'elle crée pour la circonstance. Lors d'une récente séance, le conteur a, par exemple, demandé à l'assistance d'entrer dans la peau d'un brigand ayant maille à partir avec la justice et dont la mission consistait à livrer un mystérieux paquet en un temple en bois. Dans la même veine, des postures de yoga classiques, comme «le guerrier» ou «le cobra», sont rebaptisées «l'épée» ou «le dé à jouer», en référence à des éléments propres à «Donjons et Dragons».


Le but : apprendre à vivre ensemble

L'idée est venue à Scott Wayne Indiana alors qu'il se trouvait dans un ashram de l'État de New York où il suivait un cours de méditation guidée. «Beaucoup de mes amis jouent à «Donjons et Dragons» et je ne me moque pas d'eux pour autant, explique celui qui, à titre personnel, est davantage intéressé par la spiritualité que par les jeux de rôle. «Le yoga est terriblement à la mode et, curieusement, il y a un regain d'intérêt pour «Donjons et Dragons» parmi la horde de hipsters. Notre démarche est une passerelle entre ces deux communautés. La finalité est que les gens apprennent à s'aimer et à vivre ensemble.» L'homme ajoute qu'il souhaiterait exporter sa pratique dans d'autres villes du pays.


Et qu'en pense-t-on dans la salle? Danny Horrigan, 35 ans et concierge d'un hôtel new-yorkais, trouve l'idée intéressante. Surtout parce que, d'après lui, le principe de l'adaptation est inhérent au yoga: «L'objectif est de s'évader par l'esprit et de se libérer de tout désagrément. Les jeux de rôles ne sont pas ma tasse de thé. Alors je trouve que ces séances sont un moyen de m'y adonner quand même en faisant semblant d'être une elfe armé ou une pierre magique.» A 32 ans, Terry Nicol, lui, est un rôliste invétéré venu de Philadelphie. Il se dit convaincu par l'exercice et se fiche bien de savoir s'il s'agit d'un rendez-vous de nerds ringards ou de fashionistas.

 

Mais les avis son partagés. Ainsi Alexander James, un ancien rôliste de New York, également âgé de 32 ans, estime que l'expérience est «vraiment très étrange et ridicule». Pour lui, le jeu de rôle est une invite à la créativité où chaque joueur creuse son propre sillon au gré d'une aventure. «Cela me semble tout à fait contradictoire car, ici, tout le monde fait exactement la même chose.» A n'en pas douter, il faudra encore bien des «salutations au soleil» et quelques ouvertures de chakras avant que l'harmonie souhaitée par Scott Wayne Indiana ne soit effective sous son propre toit. 

 

 

Source : www.20min.ch

Partager cet article

Repost 0
Published by leroliste.over-blog.com - dans Actualité rôlistique
commenter cet article

commentaires