Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 22:55

L'annonce ne date que d'hier et mais elle a déjà été diffusée partout.

 

Casus_logo_v4.jpg

 

Cette réactivité démontre à quel point la communauté est accrochée au projet Casus. Doit-on y voir un symbole ou simplement une nostalgie exacerbée ? Peut-être.

Toujours est-il que Casus Belli est l'un des piliers de l'Histoire du JDR français. Et j'ose croire qu'il sera capable de rassembler les rôlistes sous une seule et même bannière...

Avec  Didier Guiserix aux commandes tous les espoirs sont permis ;-)

 

Icone_BBE_Actu-1-.gifLes éditions Black Book nous offrent ici une très belle surprise. Après la très bonne initiative de l'éditeur sur les souscriptions PDF (lire : Une souscription = version PDF offerte), on ne peut que reconnaître l'excellence de ces choix.

Gageons qu'ils soient bénéfiques !

 

 

Pour l'heure, ne tardons plus et laissons la parole à l'équipe de Black Book :


"C’est officiel. Casus Belli ne s’arrêtera pas. Mais un peu plus de 31 ans après sa création dans une petite cuisine parisienne, c’est Black Book Editions qui récupère le bébé de Didier Guiserix et François Marcela-Froideval. Mais laissons le micro à Stéphane Gallot de feu Casus Belli Presse et à… Didier Guiserix, qui signe son grand retour à la tête du vaisseau-mère.

 

Stéphane Gallot :

Crapou_02.jpg« Salut les gars !

Le monde réel est un univers cruel où le MJ n’est pas corruptible à coups de gâteaux et à grands renforts de cafés. Un univers cruel où lorsque la banque vous tourne le dos, aucun jet de sauvegarde ne peut vous aider à vous relever.

Mais le monde réel est aussi un lieu formidable ! Un lieu où quand on se fait backstabber au cœur d’un donjon, quelques fous furieux ressortent leurs armures d’antan et s’enfoncent dans les ténèbres à votre suite pour vous tendre la main. C’est ce qui nous est arrivé.Voilà près d’un an que l’aventure Casus a repris, que notre magazine de jeu de rôle a retrouvé le chemin des kiosques. Ce fut une année faste, de vraies montagnes russes pour toute l’équipe du mag’. En faisant le bilan, on doit admettre quelques fumbles, mais aussi de franches réussites. Finalement, il y a deux mois, au terme de nombreuses tentatives désespérées pour relancer la machine, nous avons été vaincus. La faute à pas de bol, à l’époque, au manque de couilles de certains, et la nôtre aussi certainement – car nous aurions pu faire mieux, c’est une certitude.

Mais point de tristesse, la société Casus Belli Presse est morte, mais Casus Belli est un phénix, destiné à renaître toujours de ses cendres, plus beau, plus grand, plus fort, et dopé aux XP par des accrocs du minimaxage. Casus s’apprêtent bel et bien à se relever, répondant à l’appel de son plus vieux maître, à qui je laisse la place derrière l’écran. »

 

Didier Guiserix :

Crapou_01.jpg« Avé les gens, Ugh, pied-tendre. Tout le monde reconnait que vous aviez le feu sacré pour relancer Casus, mais attendez-vous à ce que les pros de la profession qui vous avaient donnés les « bons-conseils-pas-écoutés » vous tirent les oreilles à votre prochaine rencontre.

Bon, quoi qu’il en soit, quand les gars de Black Book, appelés à la rescousse pour la distribution et des conseils de gestion, ont vu que c’était trop tard, ils ont proposé de rattraper le titre au vol pour ne pas le laisser disparaître à nouveau. Ayant grandi avec Casus et vécu eux-mêmes l’expérience magazinistique avec Black Box, ils m’ont proposé de rejoindre la rédaction pour y faire le vieux sin... sage dans le siège de red-chef. Merci de votre accueil et... au boulot !

Ma mission, par délégation de confiance de David Burckle, c’est de réunir ce qu’il y a eu de mieux dans toutes les incarnations de Casus, d’y faire collaborer toutes les générations de contributeurs (nouveaux, moins nouveaux, grands anciens, et pas QUE de Casus) et toutes les sensibilités. Le but est de jouer les qualités particulières que conserve un magazine papier pour participer à l’essor de tout ce qui fait de créatif dans le domaine du JdR, mais pas d’hésitation à recuisiner dans les vieux pots des recettes oubliées (ce qui ne veut pas dire faire du réchauffé). Il y aura plus de rubriques et plus de facettes dans celles qui existent. Pour le détail, il faudra attendre la surprise de ce Casus Belli reboot...

Dans la forme, le premier apport de David et Damien (Coltice, qui maquettera) a été de proposer de muter vers le format « mook » façon IGmag (et Di6dent) et nous avons tout de suite été sur la même longueur d’onde. La périodicité va (re)passer en bimestriel. C’est le rythme cardiaque du jeu de rôle, il faut assumer ses gènes. Vu le marché et les dernières aventures du magazine, la distribution va plus que probablement passer en librairies : pour ceux qui l’ignorent, les kiosques sont si nombreux (30 000) que pour y être « vu » on saupoudre un exemplaire par ci, un par là ; le résultat est que près de 60% de ces numéros sont « invendus », des milliers de magazine qui ont été imprimés et qui coûtent encore des frais de « retour et destruction ».  Un gâchis qui n’est compensé qu’avec des ventes importantes, et des sous qui seraient mieux employés dans la réalisation du mag que dans sa distribution. Là, les adresses des points de vente seront disponibles sur le site Casus, et l’avantage est qu’il sera plus facile de servir la Belgique et la Suisse...

Vu les changements, il était impossible de sortir avant les vacances, et stupide de le faire pendant celles-ci, donc Casus Belli ressortira courant septembre. Bimestriel et plus gros, il sera donc forcément d’un prix plus élevé.

Phénomène bizarre inévitable, le Casus Belli nouveau doit redémarrer au numéro 1 : Casus Belli Presse est en liquidation, Black Book n’a pu reprendre que le titre et l’équipe. Cela pose le problème des abonnements, BBE ne souhaitant pas abandonner les piliers d’un mag que sont les abonnés, ils recevront prochainement un mail leur proposant plusieurs solutions pour ne pas perdre le bénéfice de leur abonnement et continuer de recevoir Casus Belli dans leur boite aux lettres. »

 

Stéphane :

Crapou_02.jpg« Donc pour résumer… pas de Casus cet été mais un retour en force en septembre, une distribution orientée vers les librairies et boutiques de JdR plutôt que centrée en kiosque, un changement de format vers le mook, un mag’ plus balèze, un rythme de parution plus régulier avec retour au bimestriel, et une équipe agrandie avec entre autres des vétérans de la belle époque. Il va y avoir du boulot ! »

 

Didier :

Crapou_01.jpg« Et ça commence maintenant ! Tu m’accompagnes Stéphane ? J’ai l’intention de rendre visite à un vieil ami gob increvable… »

 

Pour conclure, on est évidemment très heureux de pouvoir relancer la machine qui fonctionnera désormais avec toutes les générations qui ont connu Casus. Tout comme avec Black Box, l'idée est de faire un magazine fédérateur, qui parlera aux rôlistes, quelles que soient leurs sensibilités.

RDV en septembre dans vos magasins et librairies et d'ici là, profitez de votre été pour jouer et transmettre la flamme !

Toute l'équipe de BBE.

 

 

 

Source : le site de BBe

Repost 0
Published by leroliste.over-blog.com - dans Presse rôlistique
commenter cet article
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 09:59

concoursTOC-yodamister.jpg

 

Certains s'en souviendront, l'an dernier, T.O.C. a organisé un concours de la photo la plus poulpique ! L'éloignement géographique de notre sainte patrie avait aussi son importante...Voici ce que j'ai présenté dans le cadre de ce concours.

 

 

 

Dommage que les meilleurs participations n'aient pas été publiées, faute de participants. Nous aurions sûrement pu profiter de bien beaux clichés.

Repost 0
Published by leroliste.over-blog.com - dans Divertissement
commenter cet article
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 21:18

Enfin !

 

 Black Book éditions semble décidé à réviser sa politique de vente du dématérialisé. Et c'est une très bonne nouvelle !

 PDFFREE.jpg

Comme suggéré par certains dès l'ouverture de la boutique en ligne, il devient aujourd'hui possible d'obtenir la version PDF lors d'une souscription (achat d'un supplément papier avant sa sortie).

 

Pour l'éditeur, c'est une très bonne façon d'assurer les ventes directes au niveau de sa boutique (au dépend des boutiques de JDR, malheureusement).

Le cadeau de souscription (la version PDF) est ainsi très intéressant et pertinent pour plusieurs raisons :

  • Il devient possible de profiter du supplément (sous forme numérique) dès sa souscription,
  • les corrections du suppléments (erratas) se feront par simple mise à jour de la version numérique (arrêt des patchs-correctifs-autocollants)
  • tous les avantages offerts par une version dématérialisée (lire : JDR en pdf ? Un service dans l'air du temps).

 

Espérons que cette initiative n'est pas occasionnelle et qu'elle s'étendra à toutes les gammes de l'éditeur.

 

Saluons donc cette très bonne approche qui donne à Black Book éditions une longueur d'avance sur les autres éditeurs français.

 

Celle-ci sera-t-elle suivie par d'autres ? L'avenir nous le dira.

 

 

Source : site de BBe

Repost 0
Published by leroliste.over-blog.com - dans Actualité rôlistique
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 21:10

Pour ceux (et celles !) qui n'ont pu suivre l'actualité au jour le jour, voici une sélection des articles publiés ce mois-ci.

 

 

Retour sur l'actualité de juin 2011, ce qu'il fallait retenir :

 

 

Appel de Cthulhu :

 

Nephilim :

 

Prophecy :

 

Un petit mois en somme. Mais cela s'explique peut-être par la présence de vacances pré-estivales...

Repost 0
Published by leroliste.over-blog.com - dans Retours d'actualité
commenter cet article
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 08:53

Ce PJ fut incarné par Etienne pendant 3 ans consécutifs.

 

Son personnage fût la source d'innombrables aventures qui ont gravité pendant la campagne principale : la belle Kashia, le secret de son père que jamais il ne trouva.

Dommage, il n'était plus qu'à quelques "encablures" d'y parvenir...

 

 

* * * * *

 

 

 

Joram (Etienne) : un Protecteur pour Prophecy

 

 Joram est né dans une des nombreuses familles habitant Nivène. D'un père qui avait commencé sa vie dans la Caste des Protecteurs, mais qui au bout de nombreuses années a succombé à l'appel de l'inconnu. Attiré par le voyage et les nouvelles rencontres, le père de Joram, Anaphor Land, se joindra à la Caste des aventuriers et deviendra ensuite un aventurier à la réputation solide. La mère de Joram (Ukténia), ancien membre active de la Caste des artisans dans le domaine du verre, tenait une grande boutique de verreries.

 

C'est donc dans une maison haute en couleur que Joram vit le jour en même temps que Toaï, son frère jumeau.

 

Très jeune, Joram est très vite attiré par la Caste des Protecteurs, qui lui permet d'exploiter à la fois ses facultés physiques et ses facilités dans le domaine social. En effet, Joram se découvre un don pour le relationnel. Un peu plus petit que la moyen, mais avec un physique très athlétique, Joram est durant de nombreuses années appelé "Jolie cœur" par ses compagnons Protecteurs : sa réputation n'est plus à faire, il mêle à son physique agréable, un charme qui lui permettra bon nombre de conquêtes durant sa jeunesse dans la ville de Nivène.

 

Alors que Toaï décide de suivre la voie de son père en choisissant la Caste des aventuriers. Et à l'approche de ses 20 ans, il est promis à un bel avenir dans cette Caste.

 

Mais à l'approche des 26 ans de Joram ; tout bascula. Alors que toute sa famille était réunie au Sud (.....cité de défense en bordure du royaume d'ankar.......) d'Ankar, à l'occasion d'une nouvelle découverte de frère et de leur anniversaire. Alors qu'ils fêtaient leurs retrouvailles, toute la partie Sud de la (.......cité........) fut attaquée par des créatures venues du territoire de Kalimsshar. Dès le début de du combat, Joram sombra dans l'inconscience sous le poids des hordes. A son réveil, il découvrit un spectacle d'horreur : toute la partie Sud de la cité était détruite, un chaos profondément marqué par le fatalisme ; certains corps n'avaient plus de peaux, d'autres étaient lacérés, pendus ou encore empalés sur des pieux. Les survivants pleuraient les habitants disparus. A la vue des corps de ses parents meurtris, mais ne trouva pas le corps de son frère. Joram était le seul survivant de ce massacre. Il apprit, par la suite, que les ennemis avaient fait un grand nombre de prisonniers, son frère devait donc en faire partie. Il se jura de le retrouver.

 

Depuis ce jour, une cicatrice marque l'épaule gauche de Joram. Mais son cœur est plus profondément marqué par cet événement : depuis ce jour, il se retrouve en position d'échec à chaque fois qu'il s'agit de défendre des proches dans des moments critiques.

 

Les années suivantes, Joram s'est concentré sur sa progression au sein de la Caste des Protecteurs. Appréciant cet acharnement, Percolar, actuellement capitaine a accepté de devenir son Mentor. Et c'est au cours de son entraînement que son élève s'est découvert un sens particulièrement aigu du combat.

 

Percolar porte en son élève beaucoup d'espoir car il a vu en lui, un Protecteur loyale et qui respecte naturellement les Grands Dragon ; ces préférences se portant sur Brorne, bien entendu. Et il a aussi détecté en Joram un certain effroi pour la technologie...

 

Mais, dernièrement, certaines choses ce son passées et les supérieurs de Joram lui ont conseillés de quitter sans tarder Nivène. Ayant une formation de garde de corps, la protection d'Henry Estubal (un ancien commerçant qui s'est lancé dans la politique récemment) jusqu'à Sylwin Azurel pour établir des échanges commerciaux.

 

Joram n'a aucune idée de la nature de ces "choses", mais il a accepté d'escorter Henry Estublal. Ils partiront prochainement pour la cité des Larmes (Sylwin Azurel) par la caravane d'un certain Maître Shomkar.

 

La route se révèle sans problème et après avoir traversé quelques petits villages situés sur les côtes, la Cité est maintenant à portée de vue.

 

La caravane arrive à Sylwin Azurel...

 

 

 


A tous ceux qui ont bravé les mille dangers de ces terribles terres et déjoué les plans machiavéliques des Puissants Grands Dragons.

A tous ces personnages qui ont su préserver le visage du Royaume de Kor et rentrer dans les légendes d'un univers ; celui de Prophecy...


A Mia, Joram, Maturin, Spike et sans oublier la plaisante participation de Eric …


 

 

Merci à ce Joueur infatigable qui a trouvé le courage d'écrire les suites de nos aventures.

Repost 0
Published by leroliste.over-blog.com - dans Prophecy
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 22:01

Je poursuis le référencement des ressources Nephilim.

Après le listing des scénarios publiés dans des magazines de JDR décédés (lire : Nephilim : scénarios et aides de jeu), voici les scénarios parus dans les suppléments et les Hermès Trimégiste :

 

Suppléments officiels :

    * La nouvelle Atlantys (livre des règles première édition)

    * La Rose de Provins (livre des règles deuxième édition)

    * Les Veilleurs

    * La vierge de fer (Les Templiers)

    * De equite poseidi (Les Templiers)

    * Les TOS (Les Templiers)

    * Ibarrolla (Le Lion Vert)

    * Mnemos (Le Lion Vert)

    * Le palimpseste du Baphomet (Le Lion Vert)

    * Le souffle du Dragon (campagne)

    * Le Sanctuaire du Soleil Caché (L'Atalante Fugitive)

    * Le Guetteur Mélancolique (L'Atalante Fugitive)

    * Le Jardin des Imparfaits (L'Atalante Fugitive)

    * La Venise des glaces (L'Atalante Fugitive)

    * Les maudits harmoniques (Les Mystères)

    * La Dame de Onze Heures

    * Les Arthuriades (campagne) 

    * L'Assemblée du Seuil (campagne) 

    * Loa (campagne)

    * Les Chroniques de l'Apocalypse 1 à 5 (campagne) 

 

 

http://www.legrog.org/visuels/couvertures/2801.jpg   http://www.legrog.org/visuels/couvertures/1167.jpg   http://www.legrog.org/visuels/couvertures/1169.jpg   http://www.legrog.org/visuels/couvertures/1373.jpg  http://www.legrog.org/visuels/couvertures/1403.jpg  http://www.legrog.org/visuels/couvertures/2805.jpg

 

 

 

 

Hermes Trimégistes :

    * Le réveil de Locuste (HT nº1)

    * Abu'l-Hawl (HT nº1)

    * La belle est venue (HT nº2)

    * Les faiseurs d'or (HT nº3)

    * Fraternité botanique (HT nº3)

    * Le trésor d'Illyrie (HT nº3)

    * L'imprononçable scénario (HT nº4)

    * A l'égard de l'Etranger (HT nº4)

    * Ô Vieillesse ennemie ! (HT nº4)

    * Le fugitif (HT nº5)

    * L'ennemi (HT nº5) 

 

 

 

 


Repost 0
Published by leroliste.over-blog.com - dans Nephilim
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 17:50

Si vous avez déjà lu cet excellent ouvrage (lire : Critique : Delta Green V6), vous l'avez peut-être déjà remarqué : des erreurs d'impression, sous forme de tâches blanches, rendent impossible la lecture de certains mots.

Ce soucis est observable sur une dizaine de pages : 157, 228, 237, 244, 276, 285, 292, 325.

 

Le problème est connu de l'éditeur (et de l'imprimeur) et plusieurs solutions sont à l'étude : envoi d'un livret, page autocollante, etc.

En attendant, vous pouvez toujours télécharger les pages concernées sur le site de Sans Détour.

 

  • Si vous avez acheté votre exemplaire en magasin, signalez-lui et il fera le nécessaire
  • Si vous l'avez acheté via Sans Détour, ne tardez pas à prendre contact avec eux via le formulaire suivant

 

Première faiblesse de l'imprimeur de Sans Détour. Sur le nombre, on peut parler d'exception. Dommage toutefois qu'il s'agisse du premier manuel de la nouvelle gamme Delta Green.

 

Comment SD va-t-il réagir ? A suivre.

Repost 0
Published by leroliste.over-blog.com - dans Cthulhu
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 08:52
Repost 0
Published by leroliste.over-blog.com - dans Retours d'actualité
commenter cet article
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 18:44

Voici ma critique de Par-delà les Montagnes Hallucinées, pour l’Appel de Cthulhu.


Elle est disponible sous TOC

http://www.legrog.org/visuels/couvertures/vignettes/11230_s.jpg

 

« Génial ! On joue quand ? »

 


Quelque soit notre opinion, le travail qu’a effectué Sans Détour sur cette nouvelle édition est indéniable. On retiendra :

- un très gros travail effectué pour faciliter la maitrise d'un tel "pavé" (résumé de campagne, résumés de chapitres, chronologie etc.),

- une présentation particulièrement soignée qui ne cache pas l'essentiel : le style est fluide, agréable, l’information est claire et organisée pour en faciliter l'accès.

 

Au final, nous avons sous nos yeux une véritable réussite : dès les premières pages, nous sommes embarqués dans l'aventure, et le plus naturellement du monde. Le plus incroyable est d'avoir réussi à glisser autant d'informations sans qu'elles ne viennent nuire à la compréhension globale. Ici, tout est logique, pensé et bien dosé.

Au fil des pages, l'aventure suit son cours, les événements s'enchaînent, la tension monte et les découvertes prennent de plus en plus d'importance.

 

L'évolution la plus marquante (je passe sur le côté graphique de SD) est la multiplication des résumés qui facilitent la compréhension ; essentiel vu l’ampleur de la campagne. Il est ainsi facile de se remémorer chaque partie d'un seul coup d'œil.

 

Cependant, malgré ces qualités, certains reprochent à l’aventure sa linéarité. Mais comment faire autrement puisque cela tient du sujet de la campagne ?! Il s'agit d'une expédition scientifique qui est, par conséquent, assujettie à un itinéraire prédéterminé. De plus, ce ne sont pas les investigateurs qui prennent les décisions relevant de l’expédition, mais bien les dirigeants.

Tous ces éléments font que la majorité des événements est déterminée à l'avance : on est donc bien loin des Masques de Nyarlathotep et ceux qui souhaitent une histoire « ouverte » risquent d'être déçus.

L'intérêt de l’ouvrage est de proposer une trame dans laquelle les investigateurs vont vivre, évoluer et iront de surprise en surprise. Et ça, Par-delà les Montagnes Hallucinées le fait bien.

A mes yeux, qu’importe si certains évènements sont « écrits » s’ils surprennent les Joueurs.

 

La difficulté ne va donc pas être de gérer les conséquences "à grande échelle" des actions des joueurs mais de donner « vie » à l’expédition : les Joueurs doivent sentir qu’ils participent à cette grande entreprise. Ils doivent partager les peurs et les doutes de leurs compagnons d’aventure, discuter des directives que prendront leurs dirigeants et ressentir le poids de leurs décisions.

C’est grâce à cette implication que vos Joueurs se sentiront concernés par ce qui les attend.

La gestion du quotidien est donc incontournable. Elle représente un vrai défi pour faire de Par-delà les Montagnes Hallucinées une aventure haute en couleur pour vos Joueurs et non un simple film.

 

En conclusion, ce que je craignais être un pavé indigeste et très dirigiste se révèle être une aventure épique, riche en découvertes et en rebondissements.

Aujourd’hui, je place la campagne Par-delà les Montagnes Hallucinées au même rang de qualité que le Livre de règles v6, tant par sa clarté, sa complétude et sa facilité de prise en mains.

Mais attention aux gardiens paresseux car la gestion du quotidien est LA difficulté qui pourrait facilement faire flancher l’intérêt de vos Joueurs et faire passer la campagne pour une aventure décevante.

Il faudra donc un peu de préparation pour profiter de toutes les richesses de cette nouvelle aventure !

Mais elle vaut indéniablement le détour ; Bon voyage !

 

 

Ma Note : 5/5

 

 

 

Retrouvez une description plus complète et supplément sur TOC.

D'autres informations disponibles sur la Fiche du GROG.

Repost 0
Published by leroliste.over-blog.com - dans Mes critiques
commenter cet article
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 22:10

Voici ma critique d’Esoterroristes

Elle est disponible sur le GROG


 

http://www.legrog.org/visuels/couvertures/9311.jpg

Déçu, ce sera vraiment la notion que je retiendrai de cette lecture.


Si le concept et la couverture avaient de quoi attirer l'attention, l'accumulation des petites erreurs grandissent tout au long de la lecture... tant et si bien qu'il m'a fallu quand même plusieurs semaines pour lire ce supplément de 88 pages...

 

Sur beaucoup de points, ma critique rejoint celle d'Alahel (première critique avec 2/5).


Les + :

- le concept et la possibilité de palier à quelques cruels manques dans la gestion d'enquêtes sérieuses

- le projet de définir un support (livre de base) commun à plusieurs jeux/gammes consacrées à l'enquête ou jeux "funs" à la prise en main (très) rapide et efficace. Bref, le PROJET...

- le scénario permettant une bonne approche en toute simplicité

- la couverture, qui dénote cruellement avec les illustrations de qualité + que médiocres dans le livre...

- le système de règles et la notion d'engagement quantifiée par point. La possibilité d'investir les joueurs dans des actions communes, etc.

- les exemples nombreux pour illustrer chaque point de règle.

 

Les - : je ne listerai pas tout ce qui m'a déçu, mais voici en gros :

- la PAO (mise en page) franchement surprenante et décevante ; à une époque où ces techniques sont éprouvées et où la lecture des tous les jeux devient simple et rapide, Esoterroristes, se distingue par une écriture parfois en 18 et parfois en 12 - ça manque vraiment d'esthétique, sans parler de la lisibilité aléatoire... Un ensemble TRES GROS TEXTE, espace aéré et condensé sans interligne...

- l'écriture. Je ne connais pas le texte source, mais la traduction manque de finesse et de verve. L'écriture est molle, lourde, répétitive, etc. Pas le top, surtout sur un livre qui propose des règles communes à différents jeux...

- les illustrations... là, c'est une question de choix donc je n'en dirai pas plus... mais elles sont vraiment en désaccord avec la couverture (et j'aime beaucoup cette dernière !)

- aucune mise en évidence des points importants (à retenir, synthèse, résumé etc.)

- un système de règles qui se veut simple et qui se décompose en une multitude de compétences physiques et techniques... c'est difficile de mettre l'accent sur le côté narratif dans cet environnement si précis

- un loupé dans l'objectif de réaliser un jeu simple, efficace à la prise en main immédiate.

 

Au final, un beau projet mais qui a probablement dû s'écarter de ses objectifs premiers lors de sa réalisation. Une bonne idée, mais pas mise en valeur dans une telle maquette. Une version A5 lui aurait certainement été préférable à ces grands blocs de texte en taille 18 ou +. Ça faisait longtemps que je n'avais pas mis autant de temps pour lire un livre de base. Là où je mets 2 semaines pour lire 350 pages, il m'a fallu + de 3 semaines pour les 88 pages de Esoterroristes... et encore, elles pourraient être résumées en 50.

 

En fan d'enquête, je suis triste de constater cette réalisation qui avait été annoncée comme prometteuse, mais le résultat ne me fera pas ranger mon livre de Cthulhu ou COPS, ni aucun autre livre d'ailleurs... Dommage.

 

 

Ma Note : 2/5

 

Retrouvez une description plus complète d’Esoterroristes sur le GROG.

 

 

Repost 0
Published by leroliste.over-blog.com - dans Mes critiques
commenter cet article